TOUT L’UNIVERS

 

Discrète et aux aguets, douée pour enregistrer les stimulations du monde extérieur avec une intensité accrue, Rika Tanaka passe son temps à s’emparer d’objets immensément banals, et à faire surgir leur singularité. Qu’elle entreprenne le moulage d’une fraise malformée ou décide de consteller des feuilles de kaki de points à la feuille d’or, l’artiste expérimente dans un but d’élucidation permanente du monde qui l’entoure : regarder longtemps les formes et les matières qu’elle manipule, les analyser, comprendre pourquoi elles l’interpellent. L’œuvre dans son ensemble pourrait alors se lire comme un immense moodboard, une sorte de journal de bord où les surfaces stratifient les souvenirs et métamorphosent les éclats bruts du réel...( lire la suite )

Texte écrit par Éva Prouteau

à l'occasion de l'exposition de restitution de la résidence d'artiste, centre d'art de Pontmain, 2019.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Rika Tanaka travaille des matières vivantes.

Elle observe la façon dont le temps marque les surfaces qui se craquellent, se fissurent et perdent leurs couleurs. Elle considère la métamorphose des volumes qui s’atrophient, se restreignent, se concentrent. Par de discrètes opérations, elle accompagne et souligne ces transformations, osant parfois l’ornement dans une pratique dont les objets rappellent l’arte povera, composant d’étranges natures mortes par association d’éléments végétaux, minéraux ou artificiels.

Pour Passion, elle fait courir une ligne dorée sur les crêtes d’un fruit desséché. Ayant rendu précieuse dégustation, elle place le fruit sur un socle qui, par sa ressemblance avec un bénitier, change le fruit tout à la fois en perle naturelle et en objet sacré. Une même célébration de l’objet métamorphosé par le temps anime l’Ananas sur colonne. Plaçant le fruit sec et brun sur une colonne de bois, Rika Tanaka accorde cette dernière à la peau du fruit en y gravant un motif qui semble prolonger ses écailles – à moins qu’il n’imite les alvéoles d’une ruche, comme le laisse suggérer la cire d’abeille que l’artiste instille dans le dessin du bois. Il arrive aussi que Rika Tanaka s’empare d’objet dont le temps passé, comme le fossile de corail qui, placé sur un support de plâtre, compose une blanche Île flottante. En utilisant à nouveau, et discrètement, l’or, elle travaille les alvéoles du corail qui luit alors d’une lumière étrange, comme une animation à peine perceptible. Parfois, ce n’est pas dans la durée que Rika Tanaka observe les métamorphoses des matériaux, mais plutôt en révélant leurs dessous, leurs profondeurs dissimulées. Il en va ainsi de son Tiger’s Eye, composé de pieds de tabourets qu’elle a décapés afin de révéler le dessin sous-jacent du bois, mettant au jour des nœuds pareils à des dizaines d’yeux soudain ouverts. La matière qui dormait sous le vernis est ranimée et rendue à la vie.

Texte écrit par Nina Leger

pour le catalogue d'exposition Sculpter (faire à l'atelier), Fage édition, Lyon, 2018.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Un capharnaüm. C’est la première impression que donne l’espace de travail de Rika Tanaka.

Une fois passé le seuil de son atelier, quelques pas seulement nous entraînent au cœur d’un véritable méandre de croquis, de volumes en plâtre, de plaques de bois, de photographies et d’une vaste panoplie d’outils et d’objets hétéroclite. C’est dans ce désordre dont l’artiste ne peut se passer que sont conçues ses productions graphiques et sculpturales. Les murs sont littéralement tapissés de dessins agrémentés de chiffres et autres notes d’abord tracés dans de vieux carnets. Bien qu’il ne s’agisse que d’esquisses, voire de pense-bêtes qui remplissent déjà plusieurs cartons empilés dans un coin de l’atelier, le choix du papier est primordial. Sa couleur, son état de conservation ou encore son motif imprimé influencent directement la main de Rika Tanaka. Quelques pages restent même vierges et rejoignent l’immense collection d’objets éparses de l’artiste : cartes anciennes, coquillages fossilisés, fruits séchés, minéraux, flacons de verre, plumes d’oiseaux, miroirs, etc. Aucun ne se distingue par sa rareté ou une quelconque valeur pécuniaire. Précautionneusement classés selon leur matérialité, leur taille ou leur origine, ils sont les germes de projets à venir. Certains engendreront des formes nouvelles et abstraites, quelques-uns se multiplieront par la technique du moulage ou de la photocopie, quand d’autres seront préservés pour leurs qualités intrinsèques. Environnée de ses matériaux de préparation, l’artiste déploie son laboratoire,,, ( lire la suite )

 

Texte écrit par Quentin Montagne

pour l'exposition Une question de temps, L'aparté - le lieu d'art contemporain, Iffendic, 2018.

* Gaston Bachelard, La Poétique de l’espace, Paris, PUF, 1998, p.146.

​© Rika Tanaka 2019